Sur financement de la Coalition internationale des sites de conscience, le Forum pour la Mémoire Vigilante (FMV) mène un projet intitulé: “Dire la vérité, dialogue communautaire et programme éducatif sur les droits de l’homme.

L’activité est conduite dans la communauté des réfugiés burundais vivant  au Rwanda.

La première session de trois jour, s’est tenue au camp Mahama, situé à  Kirehe, un district de la province de l’Est du Rwanda.

Une quarantaine de réfugiés burundais représentant leurs compatriotes, des leaders communautaires, des chefs religieux ou encore des sages ont répondu à cette session.

L’administration locale du secteur de Mahama où est installé le camp de Mahama a se réjouit et soutient de telles activités dans un camp qui abritent une population de plus de 55.000, à majorité d’origine burundaise, le reste étant des congolais.

D’après le chef de projet, Mr Godefroid Sindayigaya, le projet consiste à dire la vérité sur l’histoire du Burundi, à engager le dialogue entre la communauté des réfugiés, en particulier les jeunes, et à leur enseigner les droits de l’homme.

“En bref, la vérité n’a jamais été dite au Burundi. La conséquence de cette situation est que les victimes de 1965, 1972, 1988, 1993, 2015… n’ont jamais eu de cadre pour parler de ce qui leur est arrivé”, dit-il.

Les conférenciers ont souligné que consciemment et/ou inconsciemment le conflit de mémoire est vécu, expérimenté par les victimes et finalement transmis de génération en génération. C’est dans cette logique, insistent-ils, qu’ en se basant sur ce que véhicule ce conflit de mémoire, l’on peut distinguer les profils de criminels que l’on retrouve dans toutes les communautés.

“Les victimes accusent d’autres victimes de les avoir tuées. Les jeunes sont désormais victimes de l’esprit de vengeance. Le Burundi risque de vivre des cycles sans fin de vengeance”.

Et d’ajouter:

“Nous voulons dans notre projet dissiper l’esprit de vengeance et aider les gens à se demander pardon les uns aux autres, nous voulons que les réfugiés burundais au Rwanda connaissent la Vérité, parlent librement de ce qui leur est arrivé, aidez-les à panser leurs blessures, enseignez-leur les Droits de l’Homme et anéantissez dans leurs esprits tout esprit de vengeance”.

En bref, “nous voulons construire une société de respect mutuel, d’amour les uns pour les autres et de compassion. Ce faisant, nous pouvons construire l’avenir du Burundi dans une paix durable”.

La représentation légale du Forum Pour la Mémoire Vigilante a saisi cette occasion pour remercier les conférenciers de cette première session du projet financé par International Coalition of Sites of Conscience. Il s’agit de Prof Alphonse Rugambarara, Dr Psycho-clinicien Dénis Kazungu et le chef de projet Godefroid Sindayigaya.

Ces éminents tenant du leadership transformationnel n’ont menacé aucun effort pour    la prise de  conscience sur la responsabilité de dire la vérité, promouvoir le dialogue et les droits humains.

« En transmettant ce conflit de mémoire, quelqu’un comprendra soit qu’on l’invite à se venger (crimes sur fonds de vengeance) soit qu’on lui avertit sur la dangérosité de l’autre communauté et l’enfant peut tuer plus tard pour se prémunir (kwitanga umwansi) soit il tuera dans une logique de légitime défense(kwivuna)», ont-ils insisté.

Comme voie de sortie, ont-ils conclu, l’on doit développer le sens de reconnaissance des souffrances de toutes les victimes. « Des actes de commémorations pour toutes les victimes doivent être institutionalisés et que des repères commémoratifs qui reflètent réellement ce qui s’est passé soit érigés. L’histoire ne devrait pas continuer à priver les victimes de l’accès au souvenir et aux repères commémoratifs ».

Le projet devra durer neuf mois jusqu’en avril 2024. D’autres sessions similaires sont prévues. Elles devront s’accentuer sur la sensibilisation, la prise de  conscience des réfugiés burundais sur la manière de dire la vérité, prôner le dialogue communautaire ainsi que sur le programme éducatif sur les droits de l’homme.

Les prochains bénéficiaires du projet sont ceux de Huye et Muhanga dans la province du sud du Rwanda ains que Kigali, la capitale du pays hôte.

Le Forum pour la Mémoire Vigilante (FMV) est une organisation de droit rwandais, qui prend appui sur les valeurs de Mémoire, Éducation et Prévention. Cette ONG est partenaire de la Coalition Internationale des Sites de conscience fondée en 1999 et qui est le seul réseau mondial de Sites de Conscience.

Les deux organisations partagent un engagement commun à utiliser les leçons du passé pour trouver aujourd’hui des solutions innovantes aux problèmes de justice sociale connexes et de lutte contre le génocide, les crimes contre l’humanité et les atrocités de tout genre.

(Quelques photos de la session)

 

 

One thought on “Le FMV prône l’éclosion de la vérité et du dialogue intercommunautaire”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *