Tous ces enfants vivent dans les districts de Huye et Muhanga dans la province du sud du Rwanda. Ils sont issus des familles démunies au sein de la communautés des réfugiés burundais.

Les partenaires financiers sont principalement de la diaspora burundaise. La Communauté Burundaise de Texas aux USA “Burundian Community of Texas, BCT” soutient 20 jeunes et le Flaming Chalice International supporte 10 enfants.

Pour la Communauté Burundaise de Texas, c’est la deuxième année consécutive dans cette action humanitaire. En 2019, elle venait en aide aux 8 jeunes et en 2020 elle a décidé de revoir à la hausse ce nombre et d’en ajouter 12.

Tous les coûts scolaires de ces jeunes (minerval et matériels scolaires) sont pris en charge par ces partenaires.

Ce projet est mis en exécution par le Forum pour la Mémoire Vigilante, FMV, est une Organisation Non Gouvernementale Nationale dont la mission principale est l’éducation sur le génocide et l’assistance des rescapés et victimes du génocide.

Pour le FMV, ces deux communautés sont en train de construire le Burundi de demain.

“Nous remercions vivement ces deux communautés, Burundian Community of Texas, BCT et Flaming Chalice International. L’éducation de nos enfants est un élément clé. Nous avons entendu le cri des réfugiés burundais au sud du pays et nous avons toqué sur les portes de nos amis de la diaspora. Et voilà que le nombre des assistés augmentent d’année en année” a indiqué Mr Ferdinand Ndayiragije, le représentant légal du FMV au debout de l’année scolaire 2020.

Et d’ajouter : “Nous savons que 30 jeunes constituent un nombre minime par rapport aux nécessiteux, raison pour laquelle nous comptons aussi approcher d’autres partenaires pour que nous ayons un nombre élevé des enfants démunis supportés en éducation”.

Les jeunes bénéficiaires de cette aide scolaire se réjouissent que ce geste est renouvelée pour la deuxième année. “N’eut été  ce coup de main des deux communiantes de la diaspora, le Burundian Community of Texas, BCT et le Flaming Chalice International, je n’aurais pas repris mes études. Je les remercie même si je ne les connais. Pour le moment, mes rêves seront concrétisés. Je leur demande de continuer ce geste et si c’est possible de doubler voir même tripler le nombre des assistés” a indiqué Irakoze Adija, une jeune fille qui s’apprête à terminer l’école secondaire.

Quant aux parents et représentants des réfugiés burundais à Huye et à Muhanga, ils souhaitent que cet esprit patriotique et humanitaire soit étendu à tout burundais, qu’il soit de la diaspora ou pas qui le peut pour aider les enfants démunis de reprendre le chemin de l’école car, insistent-ils, ces jeunes sont les futurs gestionnaires du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *